Dans un courrier daté du mercredi 6 octobre, Catherine Conconne interpelle Gérald Darmanin, sur la « hausse alarmante de faits de délinquance » dans l’île et demande des mesures concrètes.

Elle commence par rappeler quelques chiffres en zone police (Fort-de-France et Le Lamentin) mais précise devoir rencontrer aussi les services de gendarmerie (compétents pour les 32 autres communes) prochainement. Dans un courrier daté de ce mercredi (6 octobre), la sénatrice Catherine Conconne interpelle le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin, sur la situation de la délinquance à la Martinique.

Elle relaie ainsi les 45 tentatives d’homicide (+100%) et 9 homicides, les 52 armes à feu saisies, les + 40% de violences sexuelles ou encore les + 18 % de vols à main armée. Des chiffres enregistrés par la police pour les 9 premiers mois de l’année.

« Notre île était déjà l’une des régions les plus criminogènes de France et la situation se dégrade encore de façon vertigineuse au point que les forces de police ont essuyé des tirs à balles réelles lors des deux manifestations qui ont eu lieu contre le passe-sanitaire à Fort-de-France en juillet dernier. Ces faits inédits et extrêmement graves ont abouti à ce que 40 agents de police se trouvent blessés au cours de l’année ».

« Des promesses jamais abouties »

Face à une hausse de violences qualifiée par la sénatrice « d’alarmante », Catherine Conconne demande des moyens matériels et humains adaptés à la situation et notamment « la concrétisation de promesses jamais abouties », comme la mise en place d’un radar de contrôle des côtes pour renforcer la lutte contre les trafics ou d’un scanner pour les containers.

Dans son courrier, elle réclame le déploiement du dispositif de Quartiers de Reconquête Républicaine (QRR) « qui n’existe pas encore (à la Martinique) malgré des besoins évidents ».

« Le président de la République s’est rendu le mois dernier à Marseille pour faire des annonces dans de nombreux domaines dont celui de la sécurité. Je m’en félicite pour les habitants de la cité phocéenne mais, sur quasiment tous les indicateurs, notre situation est plus préoccupante encore que celle de Marseille eu égard à notre ratio de population. Nous ne voulons plus être les grands oubliés des politiques de sécurité », lance-t-elle.

October 6, 2021

Written by:

X
  • https://stream.rcast.net/67549
  • Radio Inter Tropicale
  • cat 1
  • http://198.27.68.65:8004/;
  • Radio Inter Tropicale